Plages des îles de la Madeleine
Amérique du Nord, Amériques, Canada, Destinations

Lettre aux Madelinots

Mis à jour le

J’ai toujours la plume facile quand je suis en amour, ou quand j’ai le coeur brisé. Pas étonnant que les mots sortent de mes doigts à grand courant au retour des îles de la Madeleine. La houle était plus forte à l’intérieur de moi que sur le traversier entre Souris et Cap-aux-Meules.

Un voyage aux îles, c’est le sentiment de s’expatrier à l’autre bout du monde dans son propre pays. De rouler, et rouler, et voguer, puis se retrouver chez soi. Un peu comme si on était parti pendant des années et qu’on rentrait finalement à la maison pour se faire dire: « Salut! T’es juste à temps pour le souper. Prendrais-tu une bière? »

Maisons colorées de îles de la Madeleine

Aux îles, c’est l’absence de culpabilité. Tu es 15 minutes en retard? Pas grave. Voudrais-tu un troisième homard? Ben oui, pourquoi pas.

Là-bas, le stress ne fait pas partie du quotidien. Notre serveuse au restaurant Le Sablier nous l’a bien fait comprendre, quand on lui a dit qu’on voudrait payer en attendant de recevoir les plats, pour sauver du temps parce qu’on était en retard pour un rendez-vous : « Vous savez, on n’est pas stressé de même, aux îles. Ben à Ben, au fumoir, il va vous attendre. »

Il faut dire qu’on a bien assimilé le concept, car par la suite on n’a jamais eu moins de 30 minutes de retard.

Port aux îles de la Madeleine

Chers lecteurs, je pourrais vous donner des trucs pour visiter les îles, vous énumérer les meilleurs endroits, vous écrire mes petits récits d’escapades, mais je me dois de souligner avant tout l’hospitalité et l’authenticité des Madelinots.

À travers les craques dans les falaises et celles dans les mains des pêcheurs de homards, à travers leurs portes toujours ouvertes pour vous accueillir, laissez-moi vous dire que je l’ai senti passer leur air salin.

Je l’ai sentie leur terre orange qui colle en dessous des pieds et qu’on retrouve partout dans nos souliers, nos sacs et nos coeurs. Pas étonnant qu’il y ait autant d’érosion si tout le monde garde un bout des îles avec soi.

Je l’ai vu se lever, leur soleil, sur les bateaux, les dunes et les buttes. Je l’ai vu se coucher aussi,  sur des grosses journées et des pichets de bières.

Ils ont tout partagé avec nous.

Alors laissez-moi leur dire,

Aux pêcheurs qui se lèvent avant l’aube pour lever des cages de 100 livres,

Aux artisans du verre, du bois, du sable, qui font des oeuvres d’arts du quotidien,

Aux cuisinières qui passent leur recette de chiard de viande salée de génération en génération,

Aux fils, aux filles, qui reprennent les entreprises familiales pour éviter de voir mourir les légendes,

À ceux qui ont tout vu: les naufrages, les tempêtes, les rafales,

vos histoires s’étendent en des plages infinies et il faudrait plus de papier que de côtes pour les écrire toutes.

C’est à croire que vous êtes si loin simplement pour étendre notre territoire et rendre notre Québec grand comme vos coeurs.

Merci,

Annie

Route des îles de la Madeleine


Pour découvrir d’autres articles sur les Îles de la Madeleine:


Vous aimez cet article? Épinglez-le!

Les îles de la Madeleine sont un endroit unique au Québec. Ses habitants, ses paysages, ses jolies maisons... tout me fait tomber en amour là-bas! #quebecoriginal #ilesdelamadeleine #voyage #explorecanada


Merci à Marie-Ève, de l’Agence Hertz des îles et à Fredéric, du Parc de Gros Cap qui ont rendu ce #tripauxiles possible.

Pour gagner un voyage aux Îles de la Madeleine à l’été 2017, consulter les règlements du concours à tripauxiles.com.

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

22 Commentaires

  • Reply Jean-Charles Bourgeois 29 mai 2016 at 12 h 31 min

    Merci pour votre belle appréciation vos belle penser de nos belle iles que nous sommes si fière d’y vivre ou dy retourner pendant nous vacance.. Je vie à l’extérieur des iles mais les iles sont gravé dans mon âme pour la vie. In madelinot 100%.

    • Reply Annie Anywhere 29 mai 2016 at 14 h 09 min

      Ça fait un grand plaisir! J’y retournerai, c’est certain!

  • Reply Amélie 30 mai 2016 at 8 h 25 min

    Je pense que c’est l’un de tes meilleurs articles, peut-être le meilleur.

    • Reply Annie Anywhere 30 mai 2016 at 8 h 50 min

      Merci Amélie! Ça me touche beaucoup! :) Je suis très contente de ce texte, ça vient vraiment du coeur.

      • Reply Amélie 1 juin 2016 at 8 h 21 min

        C’est pour ça que je dis que c’est l’un des meilleurs, la sincérité est très visible. :-)

  • Reply maurice richard 5 juillet 2016 at 6 h 34 min

    Merci a toi de faire vivre ton amour de nos Iles par cet article qui d’ailleur est tres bien fait.Bon retour chez-nous et espêre te rencontrer

    • Reply Annie Anywhere 5 juillet 2016 at 8 h 31 min

      Merci Maurice! J’ai déjà hâte de retourner faire mon tour aux îles! :)

  • Reply Nicole Leblanc 29 mai 2017 at 20 h 20 min

    Merci pour ce texte qui m’a touchée. Moi qui vit à l’extérieur, c’est avec un grain de nostalgie que je revoyais les paysages et les gens quand je vous lisais. Merci.

    • Reply Annie Anywhere 30 mai 2017 at 5 h 18 min

      Aww… merci! Ça me fait un grand plaisir d’écrire sur les Îles! :)

  • Reply Johanne Pealey 29 mai 2017 at 20 h 43 min

    Quel beau texte! Le temps de la lecture, la Madelinienne exilée que je suis s’est retrouvée aux Îles. Merci à votre plume et merci à vous!

    • Reply Annie Anywhere 30 mai 2017 at 5 h 19 min

      Merci beaucoup! Si je peux faire voyager une petite parcelle des îles sur internet, je suis contente. :)

  • Reply Bernard Marcoux 30 mai 2017 at 7 h 54 min

    Bonjour,
    Nous retournerons aux Îles en août pour la 6e fois, la 3e consécutive. C’est tellement beau que j’y ai situé une bonne partie de mon nouveau roman, La Mandragore. Je mets aussi en scène l’église de Fatima et une jeune fille, Marissa, entendue l’année dernière pendant la messe. La messe du dimanche à Fatima est un incontournable.
    J’ai envoyé mon manuscrit aux éditions de La Morue verte, aux Îles. J’attends une réponse.
    On se revoit cet été.
    Bernard Marcoux, écrivain

    • Reply Annie Anywhere 30 mai 2017 at 9 h 29 min

      Bonne chance pour la publication! :)

      • Reply Bernard Marcoux 30 mai 2017 at 9 h 38 min

        Merci !!! :)

  • Reply Stephane painchaud 8 juillet 2017 at 1 h 02 min

    Sa fait toujours plaisir d’entendre parler de nos îles .surtout avec ôtant d’éloge.pour certains,comme moi ,Qui doit partir aux loin pour faire vivre sa famille,C’est particulièrement difficile.loin de ceux qu’ont aiment,loin de nos îles adorée.ont travaillent avec notre corps mais nos têtes sont a la maison,notre terre,notre patrie ,nos amies .notre vie est un comme en suspens jusqu’au jour où nous revenons,fier du devoir accomplie………haaa!!! Nos îles tellement jolie ,imprégnée de magie.surtout quand ont travaillent à fortmcmurray

    • Reply Annie Anywhere 8 juillet 2017 at 17 h 07 min

      Je comprends! J’ai eu de la difficulté à quitter les Îles, et ce n’est même pas mon endroit natal! Heureusement, on peut toujours y retourner pour quelques instants. Bonne chance à Fort McMurray!

  • Reply Carole cyr 8 juillet 2017 at 8 h 47 min

    Ils y en a qui n’apprecie pas nos ils mais toi tu les mets en valeur avec la chaleur de ton texte.Je suis une madelinienne exsiller a Quebec ,mais j’ai les iles tatoués dans mon coeur.Merci pour tes belle paroles

    • Reply Annie Anywhere 8 juillet 2017 at 17 h 08 min

      Merci pour les bons mots Carole! Les Îles sont un lieu qui ne nous quitte jamais vraiment.

  • Reply Ginette Petitpas 14 juillet 2017 at 8 h 54 min

    J’ai eu tellement de plaisir à vous lire ce matin ,,moi aussi je suis une fille des îles ,partie depuis si longtemps . j’ ai apprécié chaque mot que vous avez dit sur nos belles îles ..merci de tout coeur de nous rappeler ce que nous aimons tous..

    • Reply Annie Anywhere 20 juillet 2017 at 11 h 17 min

      Aww… Merci Ginette! Ça me fait très plaisir de lire ça.

  • Reply Pam RJ 12 mai 2018 at 18 h 43 min

    Je viens de me relire. Comme c’est beau… ❤️

    • Reply Annie Anywhere 14 mai 2018 at 14 h 40 min

      Aww… comme c’est gentil! Merci d’être repassée par ici.

    Commenter