Onsen privée dans une auberge japonaise traditionnelle, nommée ryokan
Asie, Destinations, Japon

Une nuit dans un ryokan près de Kyoto

Mis à jour le

Passez une nuit dans une auberge traditionnelle japonaise, nommée ryokan, est une expérience à ne pas manquer lors d’un voyage au Japon. J’ai eu la chance de tester ce type d’hébergement près de Kyoto.

Le mot « authentique » suscite bien des débats dans le milieu des voyageurs aguerris. Qu’est-ce qu’une expérience authentique? Quand est-ce qu’une destination perd de son authenticité? Comment être certains que ce que l’on vit en voyage est authentique et non pas un attrape-touriste?

 J’ai l’impression qu’on confond souvent l’authenticité avec les traditions. On voudrait que les pays qu’on visite soient fixés dans le passé comme des cartes postales, que les villageois portent encore les costumes traditionnels et dansent lors de fêtes païennes…

Mais le monde évolue et s’uniformise à mon avis de plus en plus. On retrouve les mêmes cafés hipsters en Thaïlande qu’à San Francisco.

Au Japon, j’ai donc voulu m’offrir le luxe de vivre un peu dans le passé et les traditions. Je suis plongée la tête première dans la fameuse carte postale aux coins un peu jaunis le temps d’une nuit dans un ryokan en bordure de Kyoto.

Qu’est-ce qu’un ryokan?

Un ryokan est une auberge traditionnelle japonaise. Ce ne sont pas tous les hébergements au Japon qui peuvent s’octroyer ce titre.

Typiquement, ces maisons d’hôtes sont construites en matériaux traditionnels comme le bois, le bambou et le papier de riz. On dit souvent d’un hôtel mal insonorisé que les murs sont faits en papier… Dans un ryokan, c’est littéralement le cas!

Heureusement, les visiteurs doivent respecter plusieurs règles dans ce type d’établissement. Les endroits sont donc très calmes et sereins. Ce sont d’ailleurs ces règles qui ajoutent à l’expérience de dormir et manger dans un ryokan.

La plupart des chambres japonaises possèdent une alcôve nommée tokonoma, où se trouvent une pensée, un arrangement floral et des ornements qui reflètent la culture japonaise.

Le lit se nomme un futon. Contrairement aux hôtels occidentaux, il est commun d’avoir plus de trois personnes qui dorment dans la même chambre. Bien sûr, si vous louez un ryokan, vous aurez votre chambre privée. Toutefois, sachez que les prix sont par personne et non par chambre.

Les Japonais portent un yukata (un kimoni informel en cotton) quand ils relaxent à la maison ou pour aller dehors en été. Le yukata sert aussi de vêtement de nuit. On peut le porter avec un haori (un court manteau). Il n’est pas mal vu de se promener autour du ryokan en yukata. C’est tout-à-fait normal!

Ryokan Momijiya Annex près de Kyoto
Chambre dans un ryokan traditionnel à Kyoto

Les règles à respecter dans une auberge japonaise traditionnelle

Il existe plusieurs règles de bonne manière à respecter au Japon et dans les ryokans. En voici quelques-unes :

  • Ne roulez pas vos bagages sur le sol. Les tatamis sont très fragiles. Il faut porter vos bagages dans vos mains. Bien sûr, du personnel est là pour vous aider.
  • Ne portez pas de souliers dans le ryokan. Les souliers sont typiquement retirés à l’entrée principale, mais certains ryokans modernes permettent de les retirer avant l’entrée dans la chambre.
  • On porte des pantoufles pour se déplacer dans le ryokan, mais pas sur les tatamis. Sur ceux-ci, on se déplace nu-pied, ou on porte des bas.
  • Si vous avez réservé un repas, assurez-vous d’être à l’heure, car le personnel est extrêmement ponctuel.
  • On ne donne pas de pourboire au Japon.

Vous planifiez visiter Tokyo? Découvrez les incontournables de Tokyo pour une première visite.

Mon expérience au Ryokan Momijiya Annex de Kyoto

Lorsque je cherchais une auberge traditionnelle japonaise où passer la nuit, je voulais être à l’extérieur d’une grande ville pour profiter du calme de la nature. J’ai donc choisi de passer une nuit au ryokan Momijiya Annex, à l’extérieur de la ville de Kyoto, le long de la rivière Kiyotakigawa.

L’hébergement offre la navette gratuitement avec la réservation. Mon expérience de luxe a donc commencé dès ma sortie du train où on a pris mes bagages.

La route sinueuse qui mène au ryokan est magnifique, surtout lors de la saison des cerisiers en fleurs. On m’a dit qu’elle l’était tout autant en automne, lorsque les érables se teintent de rouge. Pas le choix, je devrai revenir.

À l’arrivée, la maîtresse de la maison m’a demandé d’enlever mes souliers et m’a expliqué le fonctionnement de la maison. Puis, elle m’a guidée jusqu’à ma chambre au sol de tatami et au mur de papier.

Au centre de la pièce trônait la table où on sert le thé.

J’étais à peine arrivée que déjà j’ai enfilé mon yukata (un genre de kimono informel), et me voilà prête pour la détente totale. J’aurais pu me glisser immédiatement dans l’onsen, mais je voulais explorer les environs avant la noirceur.

Chambre privée au ryokan Momijiya Annex de Kyoto avec mobilier traditionnel
Onsen privé dans une auberge traditionnelle de Kyoto

L’avantage de ce ryokan, c’est la profusion de petits sentiers et temples à explorer alentour. De petits ponts orange traversent la rivière ici et là et ajoutent à la beauté du site. J’étais vraiment dans le Japon qu’on voit dans les vieux films.

Randonnée près de mon ryokan à Kyoto. Vues sur un pont orangé et des maisons traditionnelles japonaises.

Pour souper, je me suis offert le luxe d’un repas kaiseki. Dans ce type de cuisine gastronomique japonaise, on accorde la plus grande importance à l’harmonie des goûts, des couleurs, des textures et de la présentation. Chaque petit plat est une œuvre d’art. Ce soir là, j’ai eu droit à un repas 14 services!

Pour dormir, on est venu retirer la table pour installer des futons au sol. Au look, on dirait que c’est inconfortable, mais j’ai été bien surprise! Il faut dire que l’endroit est si calme le soir et que l’onsen est si relaxant que c’est presque impossible de mal dormir.

Repas traditionnel servi dans un ryokan près de Kyoto au Japon
Sashimi servi durant le repas dans une auberge japonaise traditionnelle

Le lendemain, le petit déjeuner tout aussi joli que le souper a été servit dans une salle commune où les grandes fenêtres offrent une vue sur la rivière.

Bien sûr, mon expérience dans ce ryokan de Kyoto est de loin l’une des choses les plus chères que je me sois permise dans la nuit, au coût de 700$ pour une nuit, incluant les repas pour deux personnes…. Mais je ne regrette absolument rien. (Psst! Il existe aussi d’autres ryokans moins chers au Japon)

Petit déjeuner servi dans une salle commune au ryokan
Petit déjeuner servi au ryokan

Comment choisir le bon ryokan pour vous?

Voici quelques questions à vous poser avant de choisir une auberge japonaise traditionnelle :

  • Aurez-vous accès à un onsen privé ou à un bain privé? Les tattoos sont souvent (presque toujours) interdits dans les bains publics. Ce sera un problème si vous en avez un, peu importe l’endroit sur votre corps. Les bains publics sont aussi séparés par genre. Vous ne pourrez donc pas en profiter avec votre partenaire si vous voyagez en couple hétérosexuel.
  • Pouvez-vous vous le permettre sans culpabilité? Dormir dans un ryokan de luxe est de loin plus dispendieux que dormir dans un hébergement standard ou un hôtel capsule. Si cela vous fait culpabiliser, ça gâchera votre plaisir. Offrez-vous ce luxe avec joie ou laissez tomber. (Ou lisez quelques astuces pour réduire le coût de vos voyages.)
  • Est-ce facile d’accès? Certains ryokans sont excentrés. Assurez-vous de pouvoir vous y rendre si vous n’êtes pas motorisés.
  • Les repas sont-ils servis sur place? La plupart des auberges traditionnelles offrent le service du souper et du petit déjeuner, mais, lors de mes recherches, j’en ai vu certains qui ne l’offraient pas. Portez attention à ce détail. Aussi, le coût des repas n’est souvent pas inclus. Informez-vous.

Cet article contient des liens affiliés, ce qui veut dire que si vous faites une réservation, je touche une petite commission, sans ajouter de frais pour vous. J’ai payé ma réservation au Momijiya Annex avec mes sous et n’ai obtenu aucun rabais pour la publication de cet article.

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Commenter