Bureau d'une nomade digitale : le lobby de l'hôtel Citizen M à Paris.

Nomade quoi?

Je me fais souvent demander: « Mais qu’est-ce que tu fais dans la vie, Annie »!?

En vrai, je me demande pas mal la même chose que vous. Je cherche un sens? Bon allez, j’arrête, ce n’est pas un article philosophique.

Récemment, j’ai simplement fait le choix de changer de vie.

***

Bref historique d’une « nomade »

Pour faire une histoire courte, j’ai étudié en cinéma, puis j’ai changé d’idée. Ensuite, j’ai étudié en littérature, puis j’ai changé d’idée. Après, en musique, puis j’ai encore changé d’idée… Et après beaucoup trop d’années, j’ai fini par terminer un bac en communication.

J’ai trouvé une job facilement en sortant de l’université, et j’ai donc travaillé 6 ans dans le milieu corporatif. Assise dans un bureau de 9 à 5 comme la majorité d’entre vous.

Je m’étais dit que ça ne m’arriverait pas, à moi.

Mais le truc, c’est que je suis tombée sur une équipe géniale! Des gens supers! Alors sans m’en rendre compte, j’ai passé 6 ans dans ce boulot. Et sincèrement, je ne me suis pas fait chier du tout! (Enfin, presque pas. Ahah!)

Le truc avec la routine, c’est que les jours passent sans qu’on s’en rende compte. C’est lundi, puis pouf c’est vendredi, et ainsi de suite.

Ma grand-mère m’a déjà dit: « Tu vas voir, en vieillissant, c’est toujours soit Pâques, soit Noël. »

Avec l’ancienneté, j’ai fini par accumuler un nombre décent de semaines de vacances, puis mon ancien patron m’a accordé plusieurs semaines à mes frais.

Le problème, c’est que je me suis rendue compte que je n’avais pas toujours besoin de vacances… ce que j’avais vraiment besoin, c’est de changer d’air. D’être ailleurs. De changer d’idée encore une fois, quoi. 

 I hope you live a life you're proud of. And if you find that you're not, I hope you find the strength to start all over again.

***

Comment je fais pour voyager tout le temps?

Lors des dernières années, j’ai réduit mes dépenses au minimum et complètement changé ma perspective par rapport à l’argent. J’ai aussi changé mon mode de vie pour devenir de plus en plus minimaliste.

J’ai passé mes soirées et mes weekends à suivre des formations comme Travel Blog Success, Facebook Marketing Course, et à courir les conférences sur la rédaction web et la gestion des réseaux sociaux. (Celles organisées par Moi, mes souliers sont géniales, en passant!)

J’ai donc préparé lentement mon évasion.

***

Adepte du travail à distance

L’élément déclencheur a été pour moi la lecture du livre « Remote », de Jason Fried. 

Vous savez, ces moments où tout semble clair et où vous avez l’impression que quelqu’un vous a livré la vérité dans un paquet emballé dans du beau papier?

Je vous laisse découvrir par vous-mêmes:

***

Les compagnies décident que les gens doivent se déplacer pour travailler tous au même endroit. Ils achètent des buildings et du mobilier, et créent des horaires fixes.

Pourtant, quand on demande aux gens où sont-ils le plus efficaces, rares sont ceux qui répondent au bureau.

Les gens se dérangent constamment entre collègues. Ils n’ont jamais de longues périodes de temps où ils sont concentré. Il y a toujours des meetings, des appels conférence, etc., mais pour résoudre un problème et travailler efficacement, on a besoin de longue période de temps sans distraction!

Comme dans le sommeil, quand on est dérangé, on ne reprend pas où on en était. On doit repasser par des phases. C’est la même chose pour le travail.

Mais les managers ne veulent pas que les gens travaillent de la maison à cause de toutes les distractions qui s’y trouvent. (ahum.)

Je me suis dis que toute cette réflexion était bien vrai, et que je devrais travailler à distance. Après tout, est-ce que mon patron me paie pour me voir, ou pour que j’accomplisse un travail?

Et puis, si je peux travailler à distance, je peux donc travailler et vivre n’importe où.

Lobby de l'hôtel Citizen M à Paris

***

Loin des vacances perpétuelles

Bien que les photos d’ordinateurs portables sur la plage ou dans un hamac pullulent sur les réseaux sociaux et fassent rêver les nomades en devenir, détromper-vous. Le mode de vie de nomade digitale est loin d’être des vacances.

Travailler sur la plage en plein soleil? Une belle façon de faire surchauffer votre laptop, sans compter que vous ne verrez absolument rien sur votre écran. Je vous donne 15 minutes avant d’aller vous réfugier dans votre hôtel.

Et le hamac? Bonne chance avec les crampes dans les épaules à tapper sur votre clavier coincé comme une sardine.

Adopter ce mode de vie, c’est accepter de consacrer une grande partie de son temps à chasser le wifi et à se discipliner à travailler alors qu’il y a des tonnes de lieux nouveaux à découvrir et d’invitations à aller prendre un verre.

***

Des exemples de réussite

Si vous doutez que ce mode de vie puisse être possible sur le long terme, sachez qu’il y a de nombreuses personnes qui y arrivent! Je vous présente ces femmes qui m’ont inspirée:

***

 

 

  • Marie-Julie, de Taxi-brousse,  qui n’est pas nomade, mais qui est toujours en mouvement. Elle inspire l’indépendance et la créativité en plus de publier des livres plus vite que son ombre.

 

  • Et bien entendu, mon amie Jennifer, de Moi, mes souliers, parmi les pionnières blogueuses au Québec. Une pieuvre numérique qui me fait confiance et qui m’inclus dans ces projets. C’est un modèle de travailleuse autonome qui sait être efficace peu importe où elle se trouve dans le monde.

Alors voilà, je me suis lancée à la recherche de plus de liberté et d’aventures, avec un gros sac à dos plein de peurs et de papiers brouillons d’idées. On verra bien…

J’ai gardé mon appartement à Montréal, parce que j’ai quand même encore un peu la frousse…

Be the weirdo who dares to enjoy


Vous êtes nomades digitals ou vous connaissez des gens qui ont adopté ce mode de vie? Dites-moi ce que vous faites comme travail et vos endroits préférés pour travailler.

Vous avez aimé cet article? Épinglez-le!

Pourquoi je suis devenue digitale nomade. Qu'est-ce qui m'a poussé vers ce mode de vie alternatif.

10 Commentaires

  • Marie-Julie

    02.05.2017 at 20:27 Répondre

    C’est quand même un beau problème de trop aimer son job et sa gang pour les quitter! :-) J’étais beaucoup plus nomade entre 1999 et-2002, quand j’écrivais mes articles dans des cafés Internet enfumés en Asie ou chez des gens en Afrique. Mais ça reste quand même en soi, le mouvement. Même si je bouge rarement plus d’une semaine par mois maintenant que j’ai une famille!

    • Annie Anywhere

      02.05.2017 at 20:50 Répondre

      En effet, avec une famille ça doit être un tout autre défi! Pas impossible, mais pas essentiel non plus, mettons! On n’est pas obligé d’être nomades pour savoir apprécier le voyage. Ce n’est pas le but à atteindre pour tous, et c’est très bien ainsi. :)

  • Florence Experiences Luxe

    02.05.2017 at 22:11 Répondre

    Bonjour Annie,

    Ton article m’a énormément parlé ! Je suis une nomade « toute fraiche » j’ai quitté mon logement le 1er avril donc comme tu le vois cela fait peut de temps. Je suis à Bangkok pour quelques mois afin de commencer cette nouvelle vie de nomadisme !
    Côté travail, je suis à mon compte depuis de nombreuses années et je travaillais donc chez moi donc de ce côté là ce ne change pas grand chose. Comme tu le dis, pas de travail au bord de la piscine avec un cocktail à la main, c’est plutot dans mon appart histoire d’avancer un max avant de profiter pour sortir et découvrir la ville. Ou es tu actuellement ?
    Bonne continuation à toi !

    • Annie Anywhere

      03.05.2017 at 09:46 Répondre

      Bien contente de faire ta connaissance! Bangkok est une ville géniale pour débuter une carrière en tant que nomade. J’y étais en janvier et j’ai adoré! Présentement, je suis en Europe et je me promène d’amis en amis. Bonne chance dans tes projets!

  • Clo

    03.05.2017 at 10:53 Répondre

    Coucou Annie !
    J’ai adoré lire ton article ! A vrai dire, je l’ai dévoré car je me suis beaucoup reconnue ! J’ai pu y ressentir beaucoup d’émotions car tout comme toi , j’ai littéralement changé de vie, et c’est parfois difficile d’expliquer ce que je fais !
    A tout bientôt :-)
    Clo

    • Annie Anywhere

      03.05.2017 at 11:52 Répondre

      Merci Clo! Bonne chance dans ton changement de vie! So exciting!!!! :D

  • Cris Landi

    10.05.2017 at 18:31 Répondre

    Hello Annie, loved to read your article about the digital nomad lifestyle!!! Although I didn´t get all the details due to my poor french, I see you are facing quite a challenge but it is totally worth the change. Good lucky in your new projects and life!

  • Christine / Famille Nomade Digitale

    23.05.2017 at 06:29 Répondre

    Bonjour Annie ,

    merci pour ce très joli article .
    alors j’ai sauté le pas en 2013 en devenant nomade digitale avec mon mari et notre fils qui avait 13 ans au moment du départ. Tout donné, tout vendu et rendu les clefs de notre jolie villa dans le Var pour prendre la route avec notre voiture.
    Froussarde comme je l’étais (je le suis un peu moins à présent) sortir ainsi de ma zone de confort fut un gros challenge ,)
    Et puis il n’y avait pas de famille nomade digitale en france à cette époque…. Nous avons fait à notre façon :)
    Découverte de nos jolies régions de France pour nous tester , le Maroc, l’Espagne, Italie, Portugal et Croatie , notre vie nomade nous emporte au gré de nos envies de voyages à travers ces beaux pays.
    Nous avions un e.commerce (pendant 12 ans) après un dépôt de bilan en janvier dermier nous avons tout de même voulu poursuivre notre vie de « bohémiens » :) Plus de voiture, un logement différent chaque mois, une nouvelle activité à mettre en place mais le coeur encore plus léger.
    3 mois en Espagne pour se ressourcer (et digerer la perte de notre entreprise) puis la Hongrie en juin …Avec dans le point de mire l’Asie à l’automne prochain ^^
    Bref, je crois que si nous avions renoncé à cette vie de voyages j’aurai sombré …Etre nomade digitale avec ma famille c’est ma thérapie :)
    Désolée pour le pavé :)

    • Annie Anywhere

      23.05.2017 at 08:12 Répondre

      Bravo pour le courage! Avec une famille, c’est une toute autre histoire, mais je suis certaine que tes enfants apprendront beaucoup sur la route!

Laisser un commentaire