Bristol - Capitale européenne du Street Art
Angleterre, Destinations, Europe

Bristol : Capitale européenne du Street Art

L’Art de rue s’élève à un autre niveau à Bristol, en Angleterre, ville rendue célèbre grâce à Massive Attack et Banksy, entre autres.

Après que le conseil municipal se soit mis dans l’embarras en 2007 pour avoir effacé une œuvre de Banksy évaluée à £100 000, les citoyens peuvent maintenant voter pour la conservation des oeuvres de Street Art à Bristol. (Source)

Une décision, parmi tant d’autres, qui vaut à Bristol le titre de capitale européenne du Street Art.

Il était donc hors de question alors que je passe près de là sans en apprendre plus. J’ai contacté WHERE THE WALL, une compagnie dédiée à la promotion de la culture Street Art et graffiti, sous toutes ses formes, et qui offre un circuit thématique guidé par une artiste.

Culture créative de Bristol.

La visite débute devant l’œuvre de Banksy présentant un homme nu suspendu à une fenêtre alors que le mari de son amante le recherche. On dit que cette œuvre aurait été faite après que l’artiste eut été trahi par son agent de l’époque.

Via un vote en ligne, c’est 93% des citoyens qui ont voté pour la conservation de cette œuvre. C’est dire à quel point le Street Art fait partie intégrante de la culture de Bristol!

Plus tard, les Dirty Bristol Kids ont lancé des bombes de peintures bleues sur l’œuvre. On peut d’ailleurs en voir des traces. C’est le risque que court toutes œuvres d’art de rue…

Oeuvre de Bansky à Bristol.

 

Street Art ou graffiti?

Qui peut qualifier ce qu’est du Street Art et ce qu’est un graffiti? C’est la question qu’a voulu poser Conor Arrington dans sa murale représentant des escrimeurs, mais dont le traitement artistique présente de grosses coulisses de peinture. Pendant qu’il continue de créer de l’art de rue, quelques unes de ses oeuvres sont exposées dans les galeries d’art contemporain.

L’espace laissée sous l’œuvre fait aussi place aux tagueurs et à la cohabitation entre l’art et ce qui est qualifié de vandalisme.

En laissant le public trancher sur la question, c’est un pari risqué. Heureusement, au dire de notre guide, la ville de Bristol fait preuve d’une assez bonne tolérance face à l’art de rue, tout particulièrement dans le quartier Stokes Croft.

Oeuvre de Conor Arrington à Bristol.

Quartier Stokes Croft à Bristol.

 

Stokes Croft

La marche avec WHERE THE WALL nous mène sous les arches de l’église St John the Baptist sur Broad Street. Construite au 14ème siècle, l’église porte maintenant des fresques d’art de rue.

Ces œuvres, légales, ont reçu la bénédiction de la ville et de l’église. (Pou doum tshh)

« Il y a bien juste à Bristol qu’on accepterait que du Street Art soit fait sur une église du 14ème siècle! », nous dit notre guide.

En effet, ici on a bien compris que le Street Art est très bénéfique pour la ville.

Fresque d'art de rue à Bristol.

Chaque propriétaire est libre de peindre sa propriété comme bon lui semble à Bristol.

Les commerçants en profitent, et il n’est pas rare de croiser des cafés et boutiques transformées en œuvres d’art. Vous avez sûrement vu passer sur Instagram ou Pinterest le Full Moon Pub, dont le bâtiment entier présente une galaxie de l’artiste Cheba.

Le quartier Stokes Croft présente la plus grande concentration d’œuvres. Difficile de s’y balader sans que notre œil soit constamment interpellé.

Ancien quartier ouvrier où se mêlaient drogues, prostitution et itinérance, Stokes Croft est maintenant un hub vivant où se réunissent artistes, musiciens et activistes.

Anti-establishment et anticapitaliste, les habitants du quartier encouragent l’appropriation de l’espace par le peuple. En 2011, des manifestations massives ont eu lieu contre l’ouverture d’un Tesco, une grande chaîne d’épicerie britannique. Les commerces et initiatives locales sont protégés et encouragés.

Full Moon Pub à Bristol.

Commerce avec façade Street Art à Bristol.

Les cafés et commerces se réjouissent quand une œuvre de qualité est réalisée sur leur façade. Parlez-en au propriétaire du Canteen Bristol, dont la terrasse donne sur l’œuvre Mild Mild West de Banksy et le Jésus qui fait du break dancing de l’artiste Cosmo Sarson.

Mild Mild West, une des premières oeuvres de Banksy.

 

Nelson Street

Chaque année depuis 2008, le Upfest, le plus grand festival de Street Art et de graffitis en Europe a lieu à Bristol. Durant un weekend, des échafaudages sont installées en ville et les canettes de peinture se vident les unes après les autres. C’est la folie!

Des artistes de renommée internationale sont invités à peindre des fresques géantes sur des murs de la ville. En vous baladant sur Nelson Street, vous pourrez apercevoir des œuvres des anciennes éditions.

Une femme et son enfant, de l’artiste El Mac, les bonhommes allumettes du Londonien Stik, un renard (ou un loup?) de l’artiste Aryz ou l’oiseau robotique de Pixel Pancho sont toujours visibles, pour ne nommer que ceux-là.

Artiste El Mac à Bristol.

Stik à Bristol.

Stencil, inspiration Bansky?

À mon avis, ce qui caractérise l’art de rue de Bristol est l’abondance d’œuvres réalisées au stencil. Influence directe de l’artiste Bansky?

Chose certaine, j’ai remarqué plus d’oeuvres utilisant la technique du pochoir à Bristol que durant mes autres visite, à Athènes, Bethléem ou Rennes, par exemples.

Dans Leonard Lane, les animaux de Stewy et les rats de Blek le rat se croisent. Le dernier ayant lui-même inspiré Banksy, et pas le contraire.

Certaines oeuvres de JSP, quant à elles, peuvent facilement passer pour des oeuvres de Banksy, si vous ne portez pas attention. Toutefois, l’artiste prend soin de signer ses oeuvres, par respect.

Street Art dans Leonard Lane à Bristol.

Lapin de l'artiste Stewy à Bristol.

Artiste JSP à Bristol.

Les oeuvres que j’ai vues seront peut-être remplacées par d’autres ou effacées, mais les murs de Bristol seront toujours une page blanche pour ses artistes et les rues de la ville une galerie à ciel ouvert.

 

Expérimentation libre

Ce que j’ai particulièrement aimé de WHERE THE WALL, c’est qu’ils vous offrent la possibilité de poursuivre votre exploration en expérimentant vous-mêmes durant leur Spray Session.

Dans leur studio, des pochoirs et une multitude de couleurs de peinture aérosol vous attend. Vous avez environ une heure pour réaliser une ou deux oeuvres sur papier.

Je me suis vraiment amusée pendant cette heure, et je ne vous cache pas que je me suis imaginée essayer de réaliser une oeuvre le plus rapidement possible, en cachette…

Avec de la pratique, la rapidité avec laquelle les oeuvres peuvent apparaître sur les murs est impressionnante.

Spray Session avec la compagnie Where the Wall à Bristol.

Spray Session à Bristol.

 

Light Graffiti au At-Bristol

Vous en voulez plus? Passez par le At-Bristol, le centre des sciences de la ville, où vous pourrez réaliser des graffitis  éphémères avec de la lumière.

Les autres expos sont pas mal non plus: création de films d’animation, découvertes sur les cinq sens, etc. La créativité est explosive à Bristol!

Light Graffiti au Centre des Sciences de Bristol.

Graffiti au Centre des Sciences de Bristol.

 

Hébergement

Pour vivre la thématique Street Art jusqu’au bout, dormez au Rock & Bowl motel, dans le centre de Bristol. Cette auberge située dans le bâtiment historique The Lanes présente des oeuvres sur les murs des espaces communs.

J’y ai logé pendant deux nuits, en dortoir mixte, le temps d’un weekend. La qualité du wifi et les bureaux dans les espaces communs permettent aux nomades digitals de bien travailler. Par contre, sachez que l’auberge est directement au-dessus d’un bar et d’une allée de bowling ouverts jusqu’à 3 heures du mat les vendredis et samedis! Par l’idéal pour les couche-tôt, mais avec des bouchons, ça peut passer. ;)

Cliquez ici pour réserver au Rock n Bowl Hostel, Bristol.


Infos pratiques

Quand : Le Bristol Street Art Tour de WHERE THE WALL a lieu 52 semaines par année. La fréquence du tour varie selon les saisons. Les Spray Sessions, elles, ont lieu moins régulièrement. Le mieux est de consulter l’horaire.

Habillement : J’avais peur de me tacher durant les Spray Sessions, mais je vous rassure, il n’y a pratiquement aucune chance que ça arrive…à moins que vous soyez très maladroit! Même moi j’y suis arrivée! Ahah!

Coût : Le Street Art Tour coûte £9.20 alors que les Spray Sessions coûte £15.00. L’entrée au At-Bristol est de £15.30.

Hébergement : Une nuit en dortoir mixte de 8 lits coûte £15 au Rock & Bowl Motel. Comme dans pratiquement toutes les auberges, n’oubliez pas d’apporter votre serviette.

Pour découvrir d’autres articles sur l’Angleterre:


Vous avez aimé cet article? Épinglez-le!

Circuit pour découvrir le Street Art de Bristol. Ville connue grâce à Banksy et Massive Attack.


J’ai été invitée par Visit Bristol, WHERE THE WALL et le Rock & Bowl Motel pour un weekend, mais vous savez bien que mon amour du Street Art va bien au-delà de qui paie la facture…

Contient des liens affiliés, ce qui veut dire que si vous faites une réservation, je touche une petite commission, sans ajouter de frais pour vous. C’est une façon pour moi d’entretenir ce site et de pouvoir continuer à vous fournir des infos gratuitement.

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

4 Commentaires

  • Reply Marie Voyages mai 23, 2017 at 7:21

    Le quartier de Stokes Croft est incroyable ! Je n’étais pas du tout réceptive à l’art de rue avant d’y aller et ce quartier m’a ouvert les yeux sur cette forme d’art qui peut transformer une ville tout grise en monde merveilleux !

    • Reply Annie Anywhere mai 23, 2017 at 8:11

      C’est un bel endroit pour commencer à s’intéresser au Street Art, Bristol! Ahah! Moi j’adore cette forme d’art! Ça en dit beaucoup sur une ville je trouve.

  • Reply Aurore mai 25, 2017 at 8:03

    J’adore Bristol, j’y ai fait mon premier voyage solo là-bas et depuis j’ai vraiment envie d’y retourner, j’ai l’impression de ne pas avoir assez profiter mais en même temps, j’étais encore une toute jeune voyageuse inexpérimenté !

    • Reply Annie Anywhere mai 25, 2017 at 9:17

      En même temps, j’ai l’impression que Bristol doit changer tellement vite qu’il faut toujours y retourner pour la comprendre… ahah!

    Commenter